Assemblee Generale de l’ONU: Proteger les Femmes Defenseurs des Droits de l’Homme

Pour : Les représentants des Etats africains à l’ONU à New York

Ministères des Affaires étrangères des Etats de l’Afrique

 

Le 18 novembre 2013

 

Excellences,

Objet : PROJET DE RÉSOLUTION SUR LA PROTECTION DES FEMMES DEFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME

Nous vous écrivons en tant qu’un groupe de défenseurs des droits de l’homme Africains et des organisations de la société civile travaillant un peu partout sur le continent  tant aux  niveaux national, régional et international. Nous suivons avec un grand intérêt les négociations sur le projet de résolution sur la protection des femmes défenseurs des droits humains actuellement en discussion d au sein du  Troisième Comité de l’Assemblée générale des Nations Unies. C’est la première fois qu’un projet de résolution qui traite exclusivement de ​​la protection des femmes défenseurs des droits de l’homme est discuté au sein de ce comité. Ce projet représente une initiative extrêmement importante et significative pour les sociétés africaines.

Les femmes qui s’engagent dans la défense de tous les droits de l’homme et tous ceux qui défendent les droits des femmes et travaillent sur les questions liées à l’égalité des sexes apportent une contribution essentielle aux processus démocratiques, à la construction de la paix et au maintien de la sécurité, du développement et le respect des droits de l’homme dans nos communautés. Cependant, dans ce travail, les femmes défenseurs des droits humains peuvent faire face à une série de violations et d’abus – y compris les violences fondées sur le sexe – de la part des acteurs étatiques et non étatiques. Les États doivent porter une attention  particulière aux risques encourus par les femmes défenseurs des droits de l’homme, reconnaître la valeur de leur rôle, et s’engager à assurer leur protection. C’est le moment pour tous les États de faire preuve de leadership en soutenant une résolution qui vise à reconnaître ce rôle au plan mondial.

Nous sommes extrêmement inquiets d’apprendre que le Groupe Africain a développé une position de groupe s’opposant à plusieurs éléments clés du projet de résolution. Il y a quinze ans, tous les États se sont accordés sur la Déclaration des Nations Unies sur les défenseurs des droits de l’homme, y compris les obligations de l’État à protéger tous les défenseurs des droits humains travaillant sur tous les droits de l’homme. Cet engagement a été réitéré et explicité par ​​des résolutions subséquentes de l’Assemblée Générale et du Conseil des droits de l’homme.

En outre, les instruments africains des droits humains incluent des références importantes relatives à la protection des femmes défenseurs. La Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples en son article 18:03 parle des obligations des États d’élimination toute forme de  discrimination contre la femme et d’assurer la protection des droits des femmes comme stipulés dans les déclarations et conventions internationales. Il y a dix ans, le Protocole à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples relatif aux Droits des Femmes en Afrique – le Protocole de Maputo – a été adopté. Reconnu comme un texte clé sur la protection des droits des femmes, le Protocole parle de l’engagement des États parties à accroître la participation des femmes dans les structures et processus de  prévention, de gestion et de résolution de conflit’ et à tous les niveaux de prise de décision. Les États Africains doivent travailler à mettre en œuvre ces engagements, et à veiller à ce qu’ils soient réitérés et renforcés au niveau international.

Les États africains membres de l’ONU mettent en avant des résolutions importantes relatives aux droits des femmes, telle que pour mettre fin de mutilations génitales féminines, pour adresser la situation de la fistule obstétricale et pour l’amélioration de la situation de la jeune fille. À la Commission sur la condition de la femme en 2013, les États africains ont joué un rôle clé dans l’obtention des conclusions concertées sur l’élimination de la violence contre les femmes, qui a également reconnu la nécessité « de soutenir et de protéger ceux qui sont engagés à éliminer la violence contre les femmes, y compris les femmes défenseurs des droits de l’homme à cet égard, qui courent des risques particuliers de violence ». La résolution de l’Assemblée générale sur les femmes défenseurs des droits de l’homme compléterait et renforcerait ces efforts importants des Etats membres africains, car elle soutiendrait et reconnaitrait les efforts déployés par les femmes défenseurs des droits humains dans les pays africains qui cherchent à mettre en œuvre ces initiatives aux niveaux national et local.

Nous appelons tous les Etats africains à respecter leurs engagements en matière de droits de l’homme en soutenant cette résolution de l’ONU, et par la mise en œuvre des mesures concrètes pour protéger les femmes défenseurs dans leur travail. Nous appelons les États africains à l’Assemblée générale de se tenir aux côtés de toutes les femmes défenseurs des droits humains dans leur travail pour le respect des droits de l’homme à travers le continent.

Nous vous prions, Excellences, d’accepter l’expression de nos salutations les plus respectueuses.

  1. Actionaid, Zambia
  2. African Centre for Justice and Peace Studies
  3. African Gender and Media Initiative Trust
  4. Africa Programme of the International Commission of Jurists
  5. Alliances for Africa
  6. Amnesty International Algeria
  7. Amnesty International Benin
  8. Amnesty International Burkina Faso
  9. Amnesty International Cote D’Ivoire
  10. Amnesty International Ghana
  11. Amnesty International Kenya
  12. Amnesty International Morocco
  13. Amnesty International Senegal
  14. Amnesty International Sierra Leone
  15. Amnesty International South Africa
  16. Amnesty International Togo
  17. Amnesty International Tunisia
  18. Arry Organisation for Human Rights
  19. Association des Femmes Juristes du Burundi
  20. Cairo Institute for Human Rights Studies
  21. CAMFAIDS, Cameroon
  22. Centre for IHSAN Protection, Kenya
  23. CIVICUS: World Alliance for Citizen Participation
  24. Coalition For justice Accountability (COJA), Sierra Leone
  25. CODR UBUNTU, Burundi
  26. Community Empowerment for Progress Organization, South Sudan
  27. Darfur Bar Association
  28. East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project
  29. Elman Peace and Human Rights Centre, Somalia
  30. Foundation for Human Rights Initiative, Uganda
  31. Freedom and Roam, Uganda
  32. Friends of RAINKA, Zambia
  33. Front Lines Defenders
  34. Human Rights Concern – Eritrea
  35. Human Rights Institute of South Africa
  36. Iniskoy for Peace and Development Organization, Somalia
  37. Ivorian Coalition for the ICC
  38. Kenya Human Rights Commission
  39. League for Human Rights in the Great Lakes region (LDGL)
  40. Maternal Mercy Development, Somalia
  41. National Coalition of Human Rights Defenders – Kenya
  42. ONG SOS Exclusion:  Défense et promotion des droits humains et de la démocratie
  43. Pacesetters Youth Network, Zimbabwe
  44. Peace Democracy and Research, Somalia
  45. Protection International
  46. Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale
  47. Somali Disability Aid and Protection Association
  48. Somali Human Rights Organization
  49. Somali Women Development Centre
  50. Sonke Gender Justice, South Africa
  51. Soroti Development Association & NGOs Network, Uganda
  52. South Africa Litigation Centre
  53. South African Women In Dialogue
  54. South Sudan Human Rights Defenders Network
  55. South Sudan Human Rights Society For Advocacy
  56. Southern Africa Human Rights Defenders Network
  57. Southern Africa Human Rights NGO Network – Tanzania Chapter
  58. Stop AIDS in Liberia
  59. Strategic Initiative for Women in the Horn of Africa
  60. Tanzanian Human Rights Defenders Coalition
  61. Tanzania Pastoralist Community Forum
  62. TGNP Mtandao (Tanzania Gender Networking Programme)
  63. Treatment Advocacy & Literacy Campaign
  64. Union Burundaise des Journalistes
  65. Union de Jeunes pour la Paix et le Développement, Burundi
  66. Wanlaweyn Human Rights Organization, Somalia
  67. West African Human Rights Defenders Network
  68. Women and Law in Southern Africa
  69. Women of Zimbabwe Arise
  70. Women’s Solidarity Namibia
  71. Zimbabwe Lawyers for Human Rights

MORE NEWS:

Human Rights Defender of the Month: Malab Alneel

Malab Alneel was only 20 when Sudan’s revolution started in December 2018, but she knew it was the moment to get involved: “I grew up in a house that was very political. All of my sisters are activists, my parents are very involved. Activism has always been there. But for me it started with the revolution. It just felt like a time for change.”

SHARE WITH FRIENDS:

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email