Burundi: Protect Independent Human Rights Reporting

Burundi: Authorities should reverse decision to expel international human rights worker.

A group of 18 national, regional and international organizations working on Burundi today expressed concern that space for independent human rights reporting may be diminishing following the Burundian government’s decision to expel the Human Rights Watch (HRW) Burundi researcher from the country. The organizations call on the Burundian authorities to reverse their decision and ensure that the rights to freedom of expression are respected.

This attack on independent human rights reporting came just days before Burundi’s communal elections on 24 May, the first in a series of five elections that are to take place in 2010. The elections are a crucial moment in Burundi’s history, a country recovering from more than a decade of civil war.

In a letter to the HRW researcher, Ms Neela Ghoshal, on 18 May 2010, the Ministry of Foreign Affairs and International Cooperation informed Ms Ghoshal that her accreditation as HRW’s representative in the country was withdrawn. She was asked to immediately stop her activities and to leave the country by 5 June 2010.

In the letter, the authorities cited a recent HRW report on pre-election violence as the reason for their decision. According to the letter, the report was biased against the government and the ruling National Council for the Defense of Democracy-Forces for Defense of Democracy (CNDD-FDD) party. They alleged it failed to give sufficient attention to the authorities’ attempts to overcome human rights violations in the pre-electoral period.

HRW stated in a 19 May release that they stand by the research noting that it documents human rights abuses by different groups, not just the ruling party and that the research respected professional standards of objectivity.

The decision by the authorities is not only an attack on one highly respected rights activist but on independent human rights work in Burundi.” said Hassan Shire Sheikh, executive director of the East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project. “Given the importance of ensuring credible and impartial rights monitoring, the decision is concerning and gives the wrong signals at this crucial time in the country’s history.”

Ms Ghoshal has worked in Burundi for almost three years and documented a range of rights violations from mob violence to police abuses. Ms Ghoshal has an excellent record of engagement and collaboration with other human rights organizations working in Burundi, collaboration which has proven time and again to be effective in helping to advance key rights in the country.

Coming just weeks after the de-facto expulsion of HRW’s researcher in Rwanda, this development may signal a worrying trend for independent international rights reporting in the region,” said Véronique Aubert, Africa deputy director at Amnesty International. “The international community should act swiftly to condemn expulsions of international human rights workers and call on Burundian authorities to re-instate HRW’s work authorisation.”

Recommendations

To the Burundian authorities:

  • Ensure that rights to freedom of expression are respected.
  • Reinstate the work authorisation of Human Rights Watch’s Burundi researcher, NeelaGhoshal.

To the international community:

  • Condemn the expulsion of an international human rights worker from Burundi.
  • Call on the Burundian authorities to re-instate the work authorization for Human Rightsatch’s Burundi researcher.

Background

This week’s decision follows steps taken by Burundian authorities during the pre-election period to restrict space for freedom of expression and civil society activity.

On 23 November 2009, the Minister of Interior annulled the legal registration of the Forum for the Strengthening of Civil Society (FORSC), a respected civil society umbrella organization, citing irregularities in its registration application, an application previously approved by the same ministry in 2006. The ordinance banning the organization was subsequently suspended, but FORSC’s legal status has not been legally rectified.

Prominent Burundian human rights activist have faced harassment and acts of intimidation, including death threats during the pre-electoral campaign, as a result of their involvement in a campaign to ensure justice for the April 2009 assassination of anti-corruption activist, Ernest Manirumva, Vice President of Anti-corruption and Economic Malpractice Observatory (OLUCOME).

Days before the banning of FORSC in November 2009, FORSC’s President, Mr Pacifique Nininahazwe, received information of a potential plot to assassinate him. In March 2010, Pierre Claver Mbonimpa, president of the Association for the Protection of Human Rights and Detained Persons (APRODH), and Gabriel Rufyiri, president of OLUCOME, stated they were under enhanced surveillance and warned of potential assassination plots against them.

Mr. Pierre Claver Mbonimpa, was summoned on 3 May 2010 by the prosecution to respond to questions about his work and involvement in the Ernest Manirumva campaign.

Supporting organizations

Action by Christians against Torture Burundi (ACAT Burundi)
Action by Christians against Torture France (ACAT France)
Amnesty International (AI)
Civil Peace Service Programme Great Lakes (AGEH)
CIVICUS: World Alliance for Citizen Participation Development and Peace
East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project (EHAHRDP)
EurAc (European Network for Central Africa)
Forum for the Strengthening of Civil Society (FORSC)
Front Line
Interchurch Organisation for Development Cooperation (ICCO)
International Federation of Action by Christians for the Abolition of Torture (FIACAT)
International Refugee Rights Initiative
Ligue Iteka
Observatory for the Protection of Human Rights Defenders, joint programme of the International Federation for Human Rights (FIDH) and the World Organisation Against Torture (OMCT)
Observatory of Government Action (OAG)
Oxfam International
Refugees International

Burundi: Il faut protéger le suivi indépendant de la situation des droits humains

Les autorités doivent revenir sur leur décision d’expulser une employée d’une organisation internationale de défense des droits humains.

Un groupe de 18 organisations nationales, régionales et internationales travaillant sur le Burundi a déclaré craindre une limitation de l’espace dédié au suivi indépendant de la situation des droits humains, le gouvernement ayant décidé d’expulser la chercheuse de Human Rights Watch au Burundi. Ces organisations appellent les autorités burundaises à revenir sur leur décision et à garantir le respect du droit à la liberté d’expression.

Cette attaque contre les activités indépendantes de suivi des droits humains intervient quelques jours seulement avant les élections municipales au Burundi, le 24 mai – les premières d’une série de cinq scrutins prévus en 2010. Ces élections sont un tournant dans l’histoire du Burundi, qui sort de plus de 10 années de guerre civile.

Dans une lettre adressée le 18 mai 2010 à la chercheuse de Human Rights Watch Neela Ghoshal, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale l’a informée du retrait de son agrément en tant que représentante de Human Rights Watch au Burundi. Il lui demandait de cesser immédiatement ses activités et de quitter le pays d’ici le 5 juin 2010.

Dans cette lettre, les autorités ont expliqué que leur décision était motivée par la publication récente d’un rapport de Human Rights Watch sur la violence dans la période préélectorale. Selon la lettre, ce rapport fait preuve d’un parti pris contre le gouvernement et le parti au pouvoir, le Conseil national pour la défense de la démocratie au Burundi–Forces pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD). La lettre continue que ce rapport ne prête pas suffisamment attention aux mesures prises par le gouvernement en vue de remédier aux atteintes aux droits humains émaillant la période préélectorale.

Dans un communiqué du 19 mai, Human Rights Watch a défendu son rapport, faisant valoir qu’il met en évidence des atteintes aux droits humains commises par divers groupes, et pas seulement par le parti au pouvoir, et que les recherches répondent aux normes professionnelles d’objectivité.

« La décision des autorités constitue non seulement une attaque contre une défenseure des droits humains très respectée, mais aussi contre le travail indépendant en faveur des droits humains au Burundi » a déclaré Mr Hassan Shire Sheikh, Directeur Exécutif du East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project (EHAHRDP). « Il est primordial d’assurer un suivi crédible et impartial de ces droits. De plus cette décision inquiétante délivre-t-elle un message néfaste au moment même où le Burundi se trouve à un tournant de son histoire ».

Neela Ghoshal travaille au Burundi depuis près de trois ans et a recueilli des informations sur tout un éventail de violations des droits humains – des enjeux liés à la justice collective aux exactions policières. Elle s’enorgueillit d’un excellent bilan en termes d’engagement et de collaboration avec d’autres organisations de défense des droits humains présentes au Burundi, collaboration qui s’est avérée à maintes reprises efficace pour faire progresser des droits essentiels dans le pays.

« Quelques semaines seulement après l’expulsion de facto de la chercheuse de Human Rights Watch au Rwanda, cette nouvelle mesure semble refléter une tendance préoccupante quant au suivi indépendant et international de la situation des droits humains dans la région » a indiqué Véronique Aubert, directrice adjointe du programme Afrique d’Amnesty International. « La communauté internationale doit réagir sans tarder en condamnant les expulsions d’employés d’organisations internationales de défense des droits humains et en demandant aux autorités du Burundi de rétablir l’autorisation de travail de Human Rights Watch».

Recommendations

Aux autorités burundaises:

  • Assurer le respect de la liberté d’expression.
  • Rétablir le permis de travail de la chercheuse de Human Rights Watch au Burundi, Neela Ghoshal.

A la communauté internationale:

  • Condamner l’expulsion d’une activiste des droits humains du Burundi.
  • Faire appel aux autorités burundaises afin qu’elles rétablissent le permis de travail de la chercheuse de Human Rights Watch.

Contexte

La décision prise cette semaine par les autorités burundaises fait suite à des mesures mises en place au cours de la période préélectorale pour restreindre la liberté d’expression et les activités de la société civile. Le 23 novembre 2009, le Ministre de l’Intérieur a retiré son agrément au Forum pour le Renforcement de la Société Civile (FORSC), organisme respecté qui chapeaute plusieurs organisations burundaises représentant la société civile, invoquant des irrégularités dans sa demande d’enregistrement, lors même qu’elle avait été approuvée par le même ministère en 2006. La décision annulant l’agrément a par la suite été suspendue, mais le statut juridique du FORSC n’a pas été rectifié au niveau légal.

Par ailleurs, d’éminents défenseurs burundais des droits humains sont en butte à des actes de harcèlement et d’intimidation. Ils ont notamment été menacés de mort durant la campagne préélectorale, en raison de leur participation à une campagne visant à obtenir justice pour le meurtre en avril 2009 du militant anticorruption Ernest Manirumva, vice-président de l’Observatoire de Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques (OLUCOME).

Quelques jours avant que le FORSC ne soit interdit en novembre 2009, son président, Pacifique Nininahazwe, a eu vent d’un possible complot visant à l’assassiner. En mars 2010, Pierre Claver Mbonimpa, président de l’Association burundaise pour la protection des droits humains et des personnes détenues (APRODH), et Gabriel Rufyiri, président d’OLUCOME, ont affirmé qu’ils faisaient l’objet d’une surveillance renforcée et avaient été avertis que des complots étaient sans doute ourdis contre eux en vue de les éliminer.

Pierre Claver Mbonimpa a été convoqué le 3 mai 2010 par le ministère public pour répondre à des questions sur son travail et sa participation à la campagne sur l’affaire Ernest Manirumva.

Organisations signataires

Action Chrétienne contre le Torture Burundi (ACAT Burundi)
Action Chrétienne contre le Torture France (ACAT France)
CIVICUS: Alliance Mondiale pour la Participation Citoyenne
Amnesty International (AI)
Développement et Paix
East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project (EHAHRDP)
EurAc (Réseau Européen pour l’Afrique centrale)
Fédération internationale de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (FIACAT)
Le Forum pour le Renforcement de la Société Civile (FORSC)
Ligue Iteka
Front Line
International Refugee Rights Initiative
Observatoire de l’Action Gouvernementale (OAG)
Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT)
Organisation inter-églises de coopération au développement (ICCO)
Oxfam International
Programme Service Civile pour la Paix Région des Grands Lacs (AGEH)
Refugees International

MORE NEWS:

Human Rights Defender of the Month: Malab Alneel

Malab Alneel was only 20 when Sudan’s revolution started in December 2018, but she knew it was the moment to get involved: “I grew up in a house that was very political. All of my sisters are activists, my parents are very involved. Activism has always been there. But for me it started with the revolution. It just felt like a time for change.”

SHARE WITH FRIENDS:

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email