Intervention orale sur l’Examen Périodique Universel du Burundi

Prononcée par Mme Solange Habonimana, le 6 juin 2013

(Conseil des droits humains: 23e Session)

Merci Monsieur le Président,

A travers cette intervention, la coalition EPU Burundi, représentée à cette session par le Forum pour  Le Renforcement de la Société Civile (FORSC), l’Action Chrétienne pour l’abolition de la Torture (ACAT Burundi), et East and Horn Of Africa  Human Rights Defenders Project, félicite l’Etat du Burundi pour les recommandations acceptées et l’exhorte à honorer ses engagements en les traduisant en actions concrètes et de reconsidérer les recommandations rejetées. Cependant nous exprimons nos regrets que les réponses du gouvernement n’aient pas été transmises par écrit à l’avance.

Exécutions extrajudiciaires et torture

La coalition apprécie l’importance attachée pendant l’examen sur la situation grave des exécutions extrajudiciaires et de la torture dans le pays et exhorte le Gouvernement de mettre en œuvre d’urgence les recommandations  en traduisant  les responsables en justice.

Libertés d’expression, d’opinion et d’association

Malgré des recommandations à garantir pleinement la liberté d’expression, d’opinion  et d’association, le Président du Burundi a promulguée la nouvelle loi sur la presse le 4 juin 2013 en violation de la Constitution et des principes démocratiques et d’éthique journalistique. On exhorte le Burundi de revoir cette loi. Nous appelons également au gouvernement de mettre fin aux détentions arbitraires et au harcèlement des défenseurs des droits humains.

Justice transitionnelle

La justice transitionnelle étant une autre question prépondérante pendant l’examen et pour la lutte contre l’impunité et la réconciliation nationale, la coalition appelle au gouvernement à mettre en place la Commission Vérité et Réconciliation et le Tribunal spécial pour le Burundi selon les normes et principes du droit international  de tripartisme  de l’inclusivité  et  de  transparence.

Indépendance de la justice

Pendant l’examen de janvier, le Burundi a déclaré que le Gouvernement était engagé dans la préparation des états généraux de la justice qui sont toujours attendus. Le Burundi doit mettre en œuvre des recommandations pour assurer une justice indépendante et accessible, sensible au genre et respectueuse des droits humains, notamment en  garantissant la transparence dans le recrutement  des magistrats.

Non-discrimination

Le Burundi doit également mettre en œuvre des recommandations sur la non-discrimination, y compris par voie d’une loi garantissant à la femme les droits à la succession et de revoir la criminalisation de l’homosexualité.

Droits des enfants

Comme prévu dans les recommandations, la coalition appelle au gouvernement  à mettre en œuvre la stratégie nationale pour la protection de l’enfance spécialement  les  orphelins, les victimes des guerres, les enfants de la rue et autres enfants vulnérables.

Collaboration avec les titulaires de mandats au titre des procédures spéciales

Pour terminer, la coalition trouve intéressant que le gouvernement invite d’urgence les titulaires de mandats au titre des procédure

Je vous remercie.

MORE NEWS:

Human Rights Defender of the Month: Malab Alneel

Malab Alneel was only 20 when Sudan’s revolution started in December 2018, but she knew it was the moment to get involved: “I grew up in a house that was very political. All of my sisters are activists, my parents are very involved. Activism has always been there. But for me it started with the revolution. It just felt like a time for change.”

SHARE WITH FRIENDS:

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email